Achat d’un bien immobilier depuis l’étranger : Comment faire ?


Conseils / mardi, avril 9th, 2019

Acquérir un bien en France quand on est expatrié est plus compliqué que dans un cas « classique ». De nombreuses banques refusent de prêter de l’argent à des personnes qui ne sont pas officiellement résidentes sur le territoire national.  A plusieurs milliers de kilomètres de la France, même votre banquier favori ne sera pas toujours en mesure de vous financer. Quant à celles qui sont susceptibles de le faire, elles se montrent plus prudentes et plus exigeantes sur les conditions d’octroi de crédit immobilier.

Vous êtes un Français installé à l’étranger voulant acheter un bien immobilier en France ? Voici la marche à suivre pour mettre toutes les chances de son côté d’obtenir un crédit immobilier pour expatrié. 

Les conditions d’éligibilité :

Les prêts immobiliers pour expatriés et non-résidents ont leurs propres critères en termes de montant de financement, d’assurance prêt, et de taux d’intérêt.

La situation professionnelle (salaire, type de contrat et le niveau d’endettement qui ne doit pas dépasser les 33%, etc.) est un critère déterminant pour le banquier, les maître-mots sont stabilité et visibilité. Votre situation personnelle compte également et sera évaluée par le statut matrimonial et parental.

Le pays de résidence compte pour beaucoup dans la décision de l’établissement bancaire. Les grands pays d’expatriation comme la zone Européenne, les Etats-Unis et le Canada ne posent aucune difficulté contrairement à l’instabilité politique dans certaines régions qui peut susciter leur méfiance. Mais aussi tous les pays de résidence ne sont pas assurables. Dans ce cas, il faut passer par une délégation d’assurance. Cela revient à négocier l’assurance prêt directement auprès d’un assureur et non au travers de la banque.

 Trouver une banque :

Pour un banquier c’est votre situation fiscale qui l’intéresse, pour lui vous êtes donc un « Français non-résident fiscal ». La première des choses est de recenser les banques susceptibles de prêter aux expatriés, car toutes n’acceptent pas, comme les banques en lignes.

Attention au banquiers et courtiers non spécialisés dans les financements pour non-résidents et expatriés qui vous lâche en cours de route !

Montage du dossier :

Contrairement à ce que vous pouvez penser, le dossier à monter pour obtenir un crédit immobilier pour expatrié ressemble beaucoup à celui du résident en France.Simplement, la banque se montrera encore plus minutieuse et plus exigeante pour réduire le risque. Il faut être en mesure de justifier solidement votre identité, domiciliation, situation matrimoniale, contrat de travail et revenus ainsi que votresituation bancaire.

Financement et taux d’intérêt :

Du fait du risque plus élevé à prêter à une personne qui ne réside pas en France et de la lourdeur des démarches administratives, les taux des crédits immobiliers pour les non-résidents sont environ 0,5 % au-dessus de ceux du marché classique.

L’apport initial est aussi élevé, de deux à trois fois plus que celui d’un résident. Malgré tout, il existe plusieurs partenaires ne demandant aucun apport. Il faut alors être conscient que, sans apport, la banque répercutera le risque pris sur le taux du financement, qui en sera alors augmenté.

Les banques exigent une garantie réelle et n’hésitent pas à demander également des contreparties supplémentaires comme l’ouverture d’un compte courant, d’un livret d’épargne ou la souscription à l’assurance d’emprunt. Plus les contreparties/apports seront importantes, plus les banques seront enclines à vous accorder un prêt à un taux très concurrentiel.

A savoir : Les taux d’emprunt en France sont parmi les plus bas au monde. Actuellement (Avril 2018), les meilleurs taux constatés dans les banques françaises sont de 1,25% sur 15 ans, et 1,45% sur 20 ans, hors assurance.

Laisser un commentaire