VIDÉO – 5 conseils pour devenir médecin généraliste


Conseils / mercredi, décembre 20th, 2017

La médecine te fait rêver ? Tu as pour objectif de faire médecin généraliste ? Tu veux juste davantage te renseigner sur ce métier ? Cette vidéo est faite pour toi. Bernard Jomier, médecin généraliste à Paris depuis plus de 20 ans, adjoint chargé de la santé à la Mairie de Paris, te donne 5 conseils pour accéder à sa profession. Et quoi de mieux qu’un professionnel qui en parle ? Formation, comportement à avoir, profil, etc. Il nous dit tout.

1. Bien travailler en médecine

« Un étudiant qui voudrait être médecin généraliste il va devoir faire des études de médecine. L’inscription à la faculté de médecine est libre en première année, mais la particularité des études de médecine est qu’il y a un numerus clausus national qui est décliné par faculté et qui prévoit un certain nombre de places ouvertes au concours. Il faut être admis au concours en fin de première année pour pouvoir poursuivre ses études.

A ce premier stade, ce qui est nécessaire pour pouvoir réussir le concours, qu’on peut présenter deux fois c’est avoir deux qualités. D’abord il faut travailler, ça n’a rien de bien extraordinaire mais il faut beaucoup travailler. C’est une année d’études pendant laquelle on ne va pas beaucoup faire autre chose que d’étudier. Il faut avoir beaucoup de mémoire pour être médecin. On n’a pas besoin d’être forcément très intelligent, mais si on n’a pas de mémoire, ce sera très difficile de faire des études de médecine. Quand on arrive à passer le concours, le numerus clausus, il y a derrière 6 ans pour les deux premiers cycles, et encore 3 ans pour la spécialité de médecine générale. En fin de 6ème année, on choisit en fonction d’un examen à nouveau de classement national. A ce moment là, il faut prendre la spécialité médecine générale.

Ça paraît long 9 d’études. Mais la réalité c’est que les études de médecine ne sont pas académiques. On est vraiment sur les bancs de la faculté les deux premières années. A partir de la 3ème année, on va commencer à aller à l’hôpital. On ira de plus en plus, on commencera à toucher des petits revenus à partir de la 4ème année, et à partir de l’internat, la 7ème année, un véritable salaire. Des études professionnelles, qualifiantes, qui sont longues, mais qui permettent tout de même d’avoir une autonomie dès les premières années. »

2. Faire un bac scientifique

« La médecine est une formation scientifique. Je ne conseillerai pas à un étudiant qui n’a pas un baccalauréat scientifique de se lancer dans les études de médecine. Il partira avec un handicap qui serait difficile à remonter. Ça peut toujours arriver, mais malgré tout il vaut mieux avoir un bac scientifique pour faire des études de médecine. On va apprendre un métier où la base est la connaissance du corps humain.

C’est une formation scientifique de haut niveau, qui va permettre d’acquérir les fondements de la biologie, de l’anatomie, de la physiologie, et à partir de là d’étudier les différentes spécialités médicales et chirurgicales. Sans goût pour la matière scientifique, je ne conseillerai pas à un étudiant de vouloir médecin généraliste. »

3. Avoir de l’empathie

« Il est indispensable pour faire ce métier d’avoir de l’empathie. C’est cette capacité qu’on a à comprendre, à ressentir les émotions, les sentiments des autres. Si on n’aime pas les autres, si on n’aime pas l’être humain de façon générale, il ne vaut mieux pas être médecin généraliste. C’est un métier où on doit faire un choix en permanence, chercher à comprendre et pas à juger.

C’est un métier scientifique : on soigne et on essaie de guérir. Mais on soigne dans la globalité, on soigne un être humain qui n’est pas qu’une machine biologique. Un être humain qui vit dans un environnement social, familial, culturel. C’est tout ça qui va impacter sa vie, et c’est tout ça qui va impacter sa santé. Le médecin généraliste est là pour appréhender la santé dans son ensemble, dans toutes ses composantes. C’est à la fois un super métier car un médecin généraliste découvre l’âme humaine, appréhende la complexité, ce que sont les êtres humains, et c’est extrêmement enrichissant sur un plan personnel. »

4. Être curieux

« Il faut être curieux. Ça nous amène, en tant que médecin généraliste, à prendre en compte l’ensemble de ce qu’est un être humain. Il faut avoir envie de découvrir, envie de comprendre. C’est cette curiosité qui fait que l’on est toujours en éveil, parce qu’on demande au médecin généraliste d’être un médecin du quotidien, qui va soigner ce qu’on appelle péjorativement les bobos, mais c’est quelqu’un qui doit être capable de déceler quand quelque chose ne va vraiment pas.

Il doit être capable de trouver, et de faire savoir dire ce que le patient ne va pas spontanément dire. On est un peu psychologue quand on est médecin généraliste. Sans curiosité, on risque de s’enfermer dans une routine et on ne ferait pas très bien son métier. »

5. Garder ses valeurs

« Il faut garder les valeurs qu’on a au début. Beaucoup d’étudiants vont rentrer dans les études de médecine avec de véritables idéaux. Des idéaux altruistes, ils pensent notamment à la médecine humanitaire. Puis la vie fait que, après ce sont parfois d’autres choix. Des choix qui peuvent être financiers, parce que les médecins, de façon générale, gagnent bien leur vie. Mais on ne doit pas oublier qu’un médecin a une fonction sociale. Il ne faut jamais oublier ce rôle, que la population et les gens attendent de leur médecin généraliste, avant tout,une relation humaine. Si on a envie d’être médecin pour bien gagner sa vie, il faut choisir un autre métier que ce métier là. Quand l’argent prend le dessus dans la médecine, c’est terrible. »

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *