VIDÉO – 5 conseils pour devenir visiteur médical


Conseils / mercredi, décembre 20th, 2017

Tu as pour objectif de devenir visiteur médical ? Tu veux juste davantage te renseigner sur ce métier ? Cette vidéo est faite pour toi. Hélène Racaud, qui a exercé pendant de nombreuses années à Astra (devenu AstraZeneca), puis à Teva, te donne 5 conseils pour accéder à sa profession. Et quoi de mieux qu’un professionnel qui en parle ? Formation, comportement à avoir, profil, etc. Elle nous dit tout.

1. Aimer le relationnel

« Pour être visiteur médical, il faut aimer d’abord le relationnel, c’est un métier ou vous êtes en contact en permanence avec les autres, que ce soit évidemment les gens du laboratoire, toutes les personnes qui vont vous aider à faire votre métier et surtout vos « clients » : ce sont les médecins, les pharmaciens, tout le personnel hospitalier pour lequel vous pouvez travailler. Il y aussi les clients des cabinets médicaux.

Même si on ne leur parle pas, ils sont là, ils vous posent des questions, ils s’intéressent à vous. Visiteur médical est vraiment un métier où il faut toujours être apte à parler aux gens, à les écouter, à reformuler dans certains cas. Il faut aimer les gens. »

2.  Avoir un bac+2

« Le métier de visiteur médical se fait en ayant un bac + 2 validé par un diplôme d’état. C’est un apprentissage, on a l’impression de faire médecine pendant six mois. Au bout de six mois, vous avez un examen qui vous valide ce diplôme et qui vous permet d’exercer. On ne peut pas exercer visiteur médical sans ce diplôme ou sans équivalence parce qu’on a été médecin, parce qu’on a fait des études dans le médical ou le paramédical. »

3. Aimer l’autonomie

« L’autre qualité d’un visiteur médical est d’aimer l’autonomie, parce qu’on est seul. Seul dans sa voiture, seul face aux médecins. On est en permanence seul, même si on a des supports pour travailler, même si de temps en temps on a un supérieur qui vient avec nous, il faut pouvoir gérer tout le temps son temps. »

4. Savoir s’organiser

« Une réelle qualité organisationnelle est nécessaire. Il faut pouvoir prévoir son temps de travail par rapport aux obligations et aux contraintes des médecins. En effet, on va voir le médecin soit sur des plages horaires définies par le médecin, soit en prenant rendez-vous. Il faut prévoir dans son agenda, c’est un agenda de ministre. Il faut prendre les rendez-vous, il faut anticiper qu’à tel moment on est chez tel médecin et que peut être à côté on peut aller en voir un autre, histoire de faire le moins de kilomètres possible pour bien rentabiliser sa journée. C’est aussi une organisation pour pouvoir répondre aux objectifs du laboratoire, qui peuvent être un nombre de contacts, qui peuvent être un certain nombre de messages à délivrer. Il faut donc que tout rentre dans les cases. »

5. Être diplomate et patient

« Il faut aussi être diplomate, puisque c’est un métier où on parle tout le temps. Nous devons prendre le temps d’écouter, évidemment de rechercher les besoins comme tout métier commercial, même si ce n’est pas du commerce puisqu’on a pas de bon de commande à la fin. Il faut savoir pouvoir accepter la réponse du médecin, même si parfois ils ne sont pas toujours dans les règles de l’art. Il faut admettre qu’ils puissent ne pas être justes et arriver à leur ramener une réponse correcte, sans les froisser, sans les blesser.

C’est un métier où il faut donc beaucoup écouter et avoir une bonne mémoire. En effet, on n’a pas le droit depuis la CNIL d’avoir des fichiers où on note ce que le médecin a pu nous dire. Il faut se souvenir de tout pour reprendre la conversation parfois trois mois après, parfois six mois après, parfois seulement quinze jours. Ce sont des qualités qui paraissent anodines, mais c’est important.

C’est un métier où il faut être très patient. Il faut de la patience parce que prendre des rendez-vous est une activité qui prend du temps. Et le médecin ne vous donne pas forcément rendez-vous dans les 48h. Il faut se souvenir qu’on vient là comme objet publicitaire donc on peut avoir rendez-vous dans 6 mois, dans un an. En tant que visiteur médical, il faut savoir être patient et admettre qu’on va passer 2h à attendre son tour pour parfois parler avec le médecin 2 minutes. Devant le médecin, il faut faire comme si tout allait bien, comme si on venait d’ouvrir la porte, comme si on était frais et sans énervement. »

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *